Guillaume de Méritens de Villeneuve

Membre de première année, section Antiquité
Membre de la section Antiquité
Projets de recherche
  • Thèse de doctorat


Les fils de Pompée, Cnaeus et Sextus, sont deux acteurs majeurs des guerres civiles de la fin de la République romaine, et plus particulièrement des années 46 à 35 av. J.-C. J’ai proposé de reconsidérer leur parcours politique et militaire à travers deux problématiques principales : de quelle façon construisent-ils leur pouvoir et leur légitimité, et comment parviennent-ils à former un entourage politique autour de leur action ? Dans une première partie, la place des Pompeiani dans les sources littéraires fait l’objet d’un examen, afin de définir les enjeux de cette appellation dans l’historiographie. Cela conduit à remettre en cause l’existence d’un « parti pompéien » entre 49 et 35. Cette conclusion renouvelle le cadre interprétatif du parcours des fils de Pompée et implique de reconsidérer dans une deuxième partie leur action en péninsule ibérique, entre 46 et 44, puis, dans une troisième partie, la lutte de Sextus Pompée lutte contre le triumvirat en Sicile et en Asie, entre 43 et 35. Ces parties s’articulent autour de trois axes de travail complémentaires : une restitution de leur parcours politique et militaire ; un recensement et une analyse réticulaire de leur entourage par le recours à la méthode prosopographique ; un examen de leur discours de légitimation à travers une étude commentée de leurs émissions monétaires. Les acquis de cette recherche permettent de comprendre que les fils de Pompée construisent leur pouvoir et leur autorité en rassemblant autour d’eux les opposants à César et au triumvirat. Ils justifient et légitiment leur action grâce à la figure paternelle, qui leur confère une auctoritas tout en leur permettant de célébrer leur pietas, une valeur centrale du mos maiorum qui devient un marqueur d’excellence et de prestige aristocratique.

 

  • Projet de recherche post-doctoral


La monnaie dans la crise de la République : les discours monétaires des opposants à César et au triumvirat (49-36 av. J.-C.)


Mes recherches ont pour objectif d’étudier les discours monétaires des opposants à César et au triumvirat, entre 49 et 36 av. J.-C. Une telle recherche soulève des questions relatives à la construction de l’autorité pendant les guerres civiles, à la justification d’une causa auprès de divers soutiens, auxquels l’imperator destinait ses monnaies, ainsi qu’au rapport entre légalité et légitimité, à travers l’étude des références à la lex et aux normes du mos maiorum. L’approche retenue permettra d’étudier les discours monétaires à la croisée de trois axes méthodologiques : l’analyse des caractéristiques techniques d’une frappe, qui consiste notamment en l’étude des coins (axe 1) ; la connaissance du contexte d’émission des monnaies et de la situation politique de leurs émetteurs et récepteurs, afin de comprendre les implications du discours (axe 2) ; l’analyse des enjeux iconographiques, afin de restituer les différentes composantes du discours d’une série monétaire (de la légende à l’émission en passant par l’articulation entre les deux faces de la pièce), c’est-à-dire de saisir la « rhétorique de l’image », en faisant émerger sa structure discursive (axe 3). Ce projet postdoctoral entend contribuer au renouveau historiographique relatif à la période triumvirale et saisir les modalités selon lesquelles le discours monétaire devient le support d’une légitimité qui, affichée par des imperatores hors de Rome en contexte de guerre civile, se situe au carrefour des normes et valeurs civiques, du « bricolage » politique et de la légalité.

Date d'arrivée 01/09/2020

 

p
a
r
t
a
g
e
r