La crise, quelle(s) crise(s) ? Nouvelles lectures politiques de la République tardive, des Gracques à la mort de César

Categoria : La recherche
Luogo e data :

École française de Rome, piazza Navona 62

Dal 02/03/2020 alle 15 h 00 al 03/03/2020 alle 19 h 00

Colloque international

 

 

 

Les Modernes considèrent usuellement les dernières décennies de la République romaine comme une période de crise, dont le paroxysme fut atteint lors des guerres civiles qui ouvrirent la voie au principat augustéen. Cette vision était également celle des contemporains, pour qui le déséquilibre de la vie politique était vécu comme un processus incontrôlé, à l’issue incertaine ; elle fut amplifiée par des auteurs postérieurs et a exercé une influence décisive sur les Modernes, qui l’associent aux notions de déclin, de révolution, d’Untergang, ou de fall. Le terme de crise paraît par conséquent porteur de préconceptions, induisant par son omniprésence une distorsion sur l’interprétation de la période.
Il apparaît nécessaire de restituer à la notion de crise sa valeur heuristique, avec comme point de départ un regard critique sur l’historiographie de la période. Ces décennies furent scandées par une série de crises circonscrites, d’intensité variable, appelant un rééquilibrage de la cité. Ces conflits politiques peuvent être conçus non seulement comme le signe d’une désintégration du consensus aristocratique, mais aussi comme autant d’épisodes nécessaires à la recomposition de l’unité civique. Il s’agira de revenir à une conception de la res publica caractérisée par sa pluralité, restituant la part conflictuelle de l’expérience politique romaine et le rôle crucial des acteurs, afin de dépasser la vision réductrice d’une « crise sans alternative » (Chr. Meier).

Organisé par :

  • Bertrand Augier (EFR),
  • Robinson Baudry (Université Paris Nanterre),
  • Francesca Rohr (Università Ca’ Foscari Venezia)

 

 Partenaires : Università Ca' Foscari Venezia, Université Paris Nanterre, Institut universitaire de France

 

 

Programme

Lundi 2 mars 2020


14 h – 15 h

Accueil des participants - ouverture

Brigitte Marin, Saluti

 

Introduction, historiographie et concepts

Bertrand Augier, EFR, La crise, un concept heuristique pour l’histoire de la fin de la République romaine ?

Élizabeth Deniaux, Université Paris Nanterre, Les crises de la fin de la République et l’historiographie

 

15 h – 17 h

La possibilité d’une crise : perceptions de la crise de la République

Andrea Angius, Università di Pisa, Percezioni della crisi. Comunicazione pubblica e senso di crisi nella tarda Repubblica

Federico Santangelo, Newcastle University, La crisi della Repubblica romana: verso l’archeologia di un concetto

 

17 h 00 – 17 h 30 : Pause café

 

17 h 30 – 19 h 30

Le temps des crises

Clément Bur, INU Champollion Albi, PLH-ERASME Toulouse 2, Brutalisation et effets de génération, des concepts pertinents pour la crise de la République romaine ?

Robinson Baudry, Université Paris Nanterre, Rome à l’automne 57 av. J.-C. : retour sur une conjoncture critique

 

 

Mardi 3 mars 2020


9 h – 11 h 

Les acteurs dans les conjonctures critiques

Roberto Cristofoli, Università di Perugia, Antonio e lo scontro con Clodio nel 53. La testimonianza di Cicerone e il contesto storico-politico

Francesca Rohr Vio, Univesità Ca’ Foscari Venezia, Publio Claudio Pulcro e la Bona Dea: la costruzione di uno scandalo nel 62 a.C.

 

11 h – 11 h 30 : Pause café

 

11 h 30 – 13 h 30 

Une aristocratie en crises

Cyrielle Landrea, Université Bretagne Sud, La crise mémorielle de la vieille aristocratie républicaine

Raphaelle Laignoux, Université Paris I Panthéon Sorbonne, Réapprendre à parler (politique) : l’expression publique des aristocrates romains pendant les guerres civiles et ses transformations de Sylla à César

 

13 h 30 – 14 h 30 : Pause déjeuner

 

14– 16 h 30 

La politique en crises, le politique en crises

Christoph Lundgreen, Technische Universität Dresden, Ciceros „Rhetorik der Krise“ und die Frage der politischen Spielräume

Cristina Rosillo-López, Universidad Pablo de Olavide, Sevilla, Le politique, política no-institucional y crisis: el caso de Cicerón y Varrón en 47-44 a.C.

 

16 h 30 – 17 h : Pause café

 

17 h – 18

Conclusions

Frédéric Hurlet, Université Paris Nanterre, et Pascal Montlahuc, Université Paris Diderot

 

Télécharger le programme →

p
a
r
t
a
g
e
r