Quis deum ? L'expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome à la fin de la République et au début du Principat

Gilles Sauron
Classiques de l'École française de Rome
Roma: École française de Rome
840 p.

L’ouvrage s’intéresse aux décors romains publics et privés et notamment aux rapports qu’ils entretiennent entre eux dans la période de la « révolution romaine ». Après s’être interrogé sur la nouvelle sémantisation dont fait l’objet l’architecture à l’époque hellénistique et sur la signification des nouveaux thèmes décoratifs qui lui sont liés, l’auteur propose des analyses nouvelles sur les ensembles monumentaux construits à Rome à la fin de la République puis à l’époque d’Auguste, ainsi que sur les décors privés contemporains, notamment à propos de la signification du « deuxième style pompéien » et de l’émergence du « troisième style ». Tant pour la fin de l’époque républicaine que pour la période augustéenne, le rôle central joué par le théâtre est souligné. L’intervention des écrivains dans ce vaste renouvellement des formes est constamment mis en valeur (Cicéron, Varron, Virgile, entre autres), et l’ouvrage se conclut par une réflexion sur l’art romain et surtout son goût pour les décors énigmatiques (dans le domaine privé) ou polysémiques (dans le domaine public).

Gilles Sauron, ancien élève de l’École normale supérieure, ancien membre de l’École française de Rome, a enseigné à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux III (1980- 1984), à l’université de Bourgogne (1984-2002) et a fini sa carrière comme titulaire de la chaire d’archéologie romaine et d’histoire de l’art romain à Sorbonne Université (2003- 2018). Il a été président de la Société française d’Archéologie Classique en 1997, de la Société des Études Latines en 2002, de l’Association des Professeurs d’Archéologie et d’Histoire de l’Art des Universités en 2005-2006. Il est membre de la Section d’Histoire et archéologie des civilisations antiques du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques depuis 2000, et a été membre du Conseil scientifique de l’INRAP de 2004 à 2010. Il participe au Comité de direction de la Revue archéologique et au comité scientifique de la collection Misura e Spazio de l’Institut de topographie antique de La Sapienza – Università di Roma. Auteur de différents essais sur l’art romain, il fonde ses analyses sur une confrontation entre les sources textuelles, la tradition iconographique et les ensembles monumentaux légués par l’Antiquité, et s’intéresse particulièrement à la sémantique architecturale, au symbolisme ornemental et aux rapports de formes et de significations entre les décors publics et les décors privés des Romains

Livre en vente sur le site des publications 

p
a
r
t
a
g
e
r