Labels Archéologie de l'AIBL 2020 & 2021

Deux programmes de l'EFR et du CJB primés du label Archéologie de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

 

 

Lors de son comité secret du 28 février 2020, l’Académie a décidé de décerner, sur proposition de sa commission des recherches archéologiques, son label « Archéologie » pour 2020 et 2021, à 15 missions dont les candidatures lui avaient été soumises par la Commission consultative des Fouilles françaises à l’étranger du ministère des Affaires étrangères.

Pour l'Europe, deux missions archéologiques de l'École française de Rome et du Centre Jean Bérard se sont vues attribuer le label :

  • Programme « Les villæ maritimes de l’Istrie » (Croatie)

La mission Les villae maritimes de l’Istrie est le fruit d’une longue collaboration franco-croate débutée en 1994 par Francis Tassaux (Ausonius-Université de Bordeaux Montaigne) et le musée territorial du Parentin (Zavičajni muzej Poreštine / Museo del territorio Parentino, Poreč) sur le site de Loron en Istrie, dans le nord de la Croatie. Depuis 2012 un nouveau programme franco-croate a été mis en place sous la direction de Marie Brigitte Carre et Corinne Rousse (centre Camille Jullian, Aix Marseille Université, CNRS) pour la partie française, Vladimir Kovačić, puis Davor Munda et Gaetano Benčić pour la partie croate (musée territorial du Parentin / Zavičajni muzej Poreštine).

En savoir plus sur le programme VILLAEADRI →

 

  • Mission archéologique « Italie du Sud »

Les recherches de la Mission archéologique sont centrées, dans un nouveau programme quadriennal (2020-2023), sur l’organisation, l’aménagement et la gestion des milieux urbains et périurbains en Italie du Sud dans l’Antiquité. Elles concernent des sites archéologiques parmi les plus emblématiques de la Méditerranée : une cité, Cumes (Campanie), considérée comme la plus ancienne des colonies grecques d’Occident, avant de devenir osque puis romaine ; un centre daunien, Arpi (Pouilles), délimité à partir du VIe siècle av. J.-C. par un agger qui renferme dans une superficie de 1000 ha des nécropoles, de l’habitat et d’amples espaces vides ; un site oenôtre, Incoronata (Basilicate), où cohabitent à l’époque archaïque des populations autochtones et des Grecs; enfin une ville, Pompéi, italique, puis romaine, dont le destin tragique, l’ensevelissement par l’éruption du Vésuve en 79 de n. è., en a assuré la conservation et la célébrité.

En savoir plus sur la mission archéologique Italie du sud

 

Voir l'annonce sur le site de l'AIBL →

p
a
r
t
a
g
e
r