Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités (XIIIe-XVe siècles), sous la direction de Joël Chandelier et Aurélien Robert

Qu’est-ce qu’une discipline au Moyen Âge ? Selon que l’on s’intéresse au discours des penseurs médiévaux ou à la reconstruction des historiens contemporains, la réponse pourrait s’avérer très différente, peut-être même décevante. Pour cette raison, l’objectif de ce volume est d’aborder la question non en partant de définitions théoriques souvent figées, mais à travers l’étude des pratiques concrètes des acteurs, lesquelles impliquent parfois perméabilités, évolutions ou hybridations des savoirs. Le choix du contexte italien s’explique par des caractéristiques exceptionnelles. La non séparation de l’enseignement des arts et de la médecine, l’absence dans de nombreuses villes de facultés de théologie, la présence enfin d’une vie culturelle intense dans le cadre urbain, sont autant d’éléments qui contribuent en effet à favoriser les porosités et les innovations. Il s’agira donc d’examiner ces changements du point de vue des frontières, c’est-à-dire des points de rencontre ou de séparation entre les différents savoirs universitaires. Trois domaines ont été privilégiés : la rhétorique et ses usages ; le droit dans ses rapports parfois ambigus avec la philosophie et la théologie ; la médecine et son rôle dans la définition de nouveaux champs comme la médecine légale ou l’éthique médicale. Dans chaque cas, sont croisés les aspects matériels, institutionnels et doctrinaux à l’œuvre dans les déplacements de ces frontières – montrant que les disciplines échappent le plus souvent à leur définition traditionnelle, qu’elle soit médiévale ou contemporaine.

- Joël Chandelier est maître de conférences en histoire médiévale à l'Université Paris 8. Il étudie la science arabe et les conditions de sa transmission à l'Occident médiéval, dans leurs aspects tant intellectuels que sociaux. Il a récemment publié, avec A. Robert, un numéro de la Revue de Synthèse (4-2013) consacré à l'Anthropologie des médecins (IXe-XVIIIe s.).

- Aurélien Robert est chargé de recherche au CNRS (Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance). Il étudie la philosophie de la fin du Moyen Âge, en particulier la réception d’Epicure et le renouveau de l’atomisme, mais aussi les rapports entre philosophie, théologie et médecine. Il a notamment publié, avec Ch. Grellard, Atomism in Late Medieval Philosophy and Theology (Boston-Leyde, 2009).

Pour l'achat, cliquez ici.

p
a
r
t
a
g
e
r