Si vous n'arrivez pas à lire cette newsletter : Visualisez-la dans un navigateur
Ecole Française de Rome

Conférence inaugurale d'Alessandro Stanziani "La limite incertaine entre travail libre et travail forcé"

"La limite incertaine entre travail libre et travail forcé : contraintes locales et dynamiques globales, XVIIe-XXe siècle"

Lundi 24 octobre, 18h

École française de Rome

 Alessandro Stanziani est Directeur d'études à l'EHESS, Directeur de recherche au CNRS, membre du conseil scientifique de l'EHESS, des Cahiers d’économie et sociologie rurales, et également membre du comité de rédaction des Cahiers du monde russe et de la revue Histoire et mesure.

 

Il participe notamment aux projets "Forms of Human Bondage in the Indian Ocean World" (IOWC),"Travail libre, travail forcé" (NEXT - Hesam), et "Global History Collabrative" (EHESS) , il inaugurera l'atelier doctoral interdisciplinaire "La Méditerranée : un laboratoire de l’histoire globale et des processus de globalisation (2) Le travail forcé dans la longue durée, de la Méditerranée au monde" le 24 octobre à l'EFR.

 

 

En matière d’abolition de l’esclavage, servage et travail forcé en général, deux approches principales se dégagent : la première célèbre la conquête de la liberté en accordant la priorité aux réformes juridiques, mais elle délaisse les dynamiques sociaux-économiques. La seconde minimise la portée des réformes en mettant l’accent sur les relations sociales et économiques. Il faut dépasser ces interprétations extrêmes ; les réformes et l’abolition des esclavages et servages ne sont pas insignifiantes et en même temps, le monde du travail après l’abolition officielle de l’esclavage a aussi été celui des exploitations inégales, parfois extrêmes. Cependant il faut inscrire ces résultats dans des temporalités longues ; de nos jours encore, des milliers d’immigrés clandestins en Europe ont du mal à se défendre ; en Asie, en Afrique, en Amérique latine, d’autres millions de personnes travaillent au noir dans des conditions proches de l’esclavage. Il ne s’agit pas de relativiser ces notions pour affirmer que la liberté n’existe pas ou qu’elle constitue une invention intellectuelle ; au contraire, en plaçant la liberté et la contrainte, le travail libre et le travail forcé dans des contextes historiques appropriés, je vise à montrer comment, malgré mille difficultés, les réformes souhaitées mais souvent inachevées, ainsi que les luttes que des millions de personnes mènent au quotidien pour leur propre liberté, ne sont pas vaines.

Dans cette perspective, on construira un cadre d'analyse compris entre 1650 et 1914 autour du servage et de l’esclavage, en puisant dans des sources en russe, français, anglais, italien. On prendra le cas du servage russe, pour aborder ensuite la question du travail "libre" en France et en Grande-Bretagne, puis celle de l'émancipation dans l'Océan Indien.

 

 

Lundi 24 octobre 2016, 18h

Rome, Piazza Navona 62

Entrée libre

 

Pour en savoir plus →