Trinité-des-Monts

Calendrier : De 2012 à 2016
Coordination : Jean-François Chauvard (Université de Strasbourg-CNRS), Antonella Romano (EHESS)
Axe 3. Modèles romains

Présentation

Voulu, financé et choyé par les rois de France, le couvent de la Trinité-des-Monts fut, dès sa fondation en 1494, réservé aux disciples français de saint François de Paule. C’est dans le lien privilégié qui unissait le fondateur de l’ordre des Minimes à Louis XI qui n’accepta de soins que de lui que l’église trouve sa raison d’exister. Son fils, Charles VIII acquit en 1494 un terrain sur le Pincio où en 1519, l’année de la canonisation de François de Paul, l’église était pratiquement terminée. Grâce à des dons royaux, le couvent fut achevé et la façade prolongée dans le cours du XVIe siècle pour prendre sa forme actuelle.

En 1677, le choeur de l’église fut couvert d’une voûte afin d’installer au-dessus la bibliothèque qui comptait parmi les plus riches de Rome. Les Minimes français jouèrent, en effet, une place de place de premier choix, au côté des Jésuites, dans la vie scientifique et artistique romaine entre XVIIe et XVIIIe siècle. Au-delà de quelques figures connues (Maignan, Nicéron, Saguens, Jacquier), c’est toute une communauté qui participa aux débats philosophiques, mathématiques et technico-scientifiques romains de l’époque et contribua à redéfinir les rapports entre monde catholique et science moderne. Après l’expulsion des Minimes par les révolutionnaires en 1798 et l’occupation française, l’église fut rouverte au culte en 1816 et confiée de 1828 à 2006 à la congrégation enseignante des Soeurs du Sacré-Coeur.

Dans le panorama des travaux sur le couvent et l’église de la Trinité, le présent programme de recherche entend privilégier deux directions : la réalisation d’un ouvrage de synthèse et l’édition de sources de premier plan.

 

1.Ouvrage de synthèse

On dispose sur le couvent et l’église de la Trinité-des-Monts d’une importante bibliographie de nature très différente pour ne citer que les travaux les plus récents : le catalogue bilingue de l’exposition réalisée pour le 500e centenaire sous la direction d’Y. Bruley, un dossier sur le rôle scientifique et intellectuel du couvent dans le paysage romain et européen publié dans les MEFRIM par A. Romano, des articles ou des fascicules dispersés sur les restaurations réalisées au cours de la dernière décennie (chapelles latérales, Déposition de Croix de D. da Volterra, fresques du cloître, anamorphoses).

Il manque en revanche un ouvrage de référence, sur le modèle de celui réalisé sur le Palais Farnèse ou la Villa Médicis qui embrasse la longue durée, confronte tous les aspects (artistiques, religieux, politiques et scientifiques), mobilise des sources nouvelles et rendent compte des restaurations ou des découvertes les plus récentes. La restauration spectaculaire du plafond en bois peint de la bibliothèque et les sondages réalisés pour retrouver les fresques du XVIIIe siècle dans une chambre mitoyenne de celle du perroquet témoignent du dynamisme d’une politique de mise en valeur qui repose sur des recherches documentaires.

Avec l’appui des Pieux Etablissements, l’Ecole française de Rome et l’Académie de France se propose de réaliser un ouvrage de synthèse piloté par un comité éditorial.

 

2. Edition de sources

a) Histoire du Couvent Royal des Minimes français de la très Sainte Trinité sur le mont Pincius à Rome du Révérend Charles-Pierre Martin (1807-1808), 431 f. Fonds courant, Trinité-des-Monts, Registres anciens, n°884 bis.

Les Archives des Pieux Etablissements conserve depuis 2006 un précieux manuscrit attribué au P. Charles-Pierre Martin consacré à l’histoire du couvent et réalisé à partir de documents de première main après la suppression de l’établissement en 1799. Le manuscrit est resté à la Trinité après l’installation des Soeurs du Sacré-Coeur où il a été conservé jusqu’à leur départ. Il est en tout point exceptionnel : par l’arc chronologique qu’il embrasse (300 ans), par sa composition qui mêle le genre des annales et les portraits de grandes figures des minimes, par la variété des sujets abordés qui alternent questions théologiques, affaires politiques et mécénat princier, par l’utilisation des sources primaires (archivistiques et livresques) que le Père Martin a pu consulter.

L’intérêt pour ce manuscrit, maintes fois cité, n’est pas nouveau puisqu’il a été reproduit dans le cadre de l’enquête sur les milieux scientifiques romains et qu’il a été partiellement transcrit. L’édition critique qui est envisagée repose sur l’achèvement préalable de la transcription et des commentaires qui demanderont l’aide de nombreux spécialistes compte tenu de la variété des thèmes abordés.

 

b) Journal de voyage du Révérendissime Père Monsinat. Fonds courant, Trinité-des-Monts, Registres anciens, n°882, 38 f.

Le Journal des visites du Révérendissime P. Monsinat dans les couvents minimes du sud de l’Italie, rédigé en 1725 et composé de trente-huit folios, relate le voyage qui conduisit le Père Monsinat et son secrétaire de Rome à Naples, puis en Sicile, en Espagne, au royaume de Navarre et enfin à Versailles, jusqu’à l’antichambre de Louis XV. Outre l’importance des informations que ce journal contient concernant la vie quotidienne dans les pays traversés et les affres des voyageurs, il est aussi d’une importance essentielle pour l’histoire de l’ordre des Minimes (questions de hiérarchie interne, place de la musique dans leur liturgie, respect ou non du voeu quadrigésimal, importance du culte des reliques). Il contribue également à la connaissance des fêtes religieuses de l’époque, par exemple celle de Sainte-Rosalie à Palerme, qui donne lieu à une description détaillée, notamment des chars de musiciens présents et du type d’instruments de musique utilisés. Il brosse enfin un tableau très riche des divers moyens de transports auxquels on pouvait avoir recours, tant sur terre que sur mer. Ce texte mérite donc d’être édité et commenté. Le travail en cours sera mené par A.-M. Goulet (CNRS-EFR).

 

Partenaires

  • Pieux Etablissements de la France à Rome
  • Académie de France à Rome

 

Calendrier des opérations

  • 2012-2015 : Ouvrage de synthèse
  • 2012-2014 : Edition

 

Résultats attendus

  • Publication d’un ouvrage de référence
  • Publication du mémoire du Père Martin dans la collection de l’EFR avec un financement des Pieux Etablissements
  • Publication du journal du Père Monsinat dans la collection Mémoire et documents sur Rome et l’Italie méridionale (Centre Jean Bérard de Naples (EFR/CNRS)

Rencontres scientifiques de l'EFR

Le détail des rencontres est mis en ligne sur le site quinze jours avant (rubrique Événements).

Contacts :

Section Antiquité : Giulia Cirenei secrant(at)efrome.it

Section Moyen Âge : Grazia Perrino secrma(at)efrome.it

Section Époques moderne et contemporaine : Claire Challéat secrmod(at)efrome.it

 

 

Prochaines manifestations

 

Presentazione di libro

 

 

 

Seminario Italia contemporanea ottobre-dicembre 2017 / Modern Italy Seminar october-december 2017

 

 

 

 

 

Journées d’étude, Musée du Louvre-Lens, 14 et 15 décembre 2017

 

 

 

Seminario Internazionale di Studi - Salerno

 

 

Circolo Medievistico Romano, 12 dicembre 2017

Le 12/12/2017 à École française de Rome (Piazza Navona 62), salle de séminaire

 

San Marco, Venezia, Reichenau: passaggi di persone, culti e reliquie tra i due lati delle Alpi nel X secolo

 

 

p
a
r
t
a
g
e
r