Organisation, gestion et transformations d’une zone suburbaine : le secteur de la Porte d’Herculanum à Pompéi, entre espace funéraire et commercial

Calendrier : De 2014 à 2016
Coordination : Laetitia Cavassa (CNRS, Centre Camille Jullian), Nicolas Laubry (Université de Paris-Est), Nicolas Monteix (Université de Rouen), Sandra Zanella (Université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne / Collège de France)
Axe 2. Dynamiques territoriales

Présentation

 La zone de la Porte d’Herculanum, située immédiatement à l’extérieur des murs de la colonie, a été l’une des premières à être dégagée à Pompéi. Ce secteur, connu principalement dans son état de 79 ap. J.-C., associe à la fois des tombeaux, des espaces commerciaux ou productifs, et plusieurs grandes villas. Grâce aux dégagements effectués depuis les années 1760, puis aux fouilles qui s’y sont déroulées entre la fin du XIXe siècle et le début du XXIe siècle, il est possible de proposer un cadre général de son évolution. Au cours de la période « samnite », il jouait déjà le rôle de nécropole, comme en attestent les tombes à inhumation découvertes en1873 par G. Fiorelli puis en 1907-1908 par A. Sogliano et, enfin, en 1979, par S. De Caro. Les recherches menées par V. Kockel et par B. F. Weber, exclusivement fondées sur l’étude des formes de construction, ont décelé l’existence d’une villa « rustica » qui aurait été construite sur le même côté nord de la voie au IIIe s. av. J.-C., puis qui aurait été agrandie et transformée en villa « urbana » dans la seconde moitié du IIe s. av. J.‑C. L’ensemble de cette zone a connu des mutations importantes à partir de la déduction coloniale syllanienne. Elle a été marquée non seulement par l’édification de tombeaux toujours plus nombreux de part et d’autre de la voie, mais aussi par l’extension de la Villa delle colonne a mosaico, avec l’adjonction d’un portique abritant des boutiques et des ateliers – notamment de potiers –, manifestement sur l’emplacement de l’ancienne nécropole « samnite ». Par ailleurs, alors que les segments sud de la voie se peuplent de tombes monumentales, l’espace à l’ouest du portique continue à recevoir des sépultures plus modestes.

Sur ce secteur, il n’existe pour l’heure que quelques contributions éparses et d’ampleur inégale. La plus conséquente d’entre elles est le livre issu d’une thèse de doctorat et publié par V. Kockel en 1983 sur les grands monuments funéraires. Bien qu’il s’intéresse au cadre topographique des tombeaux et qu’il s’appuie aussi bien sur les données de terrain que sur les archives, cet ouvrage est centré principalement sur la typologie et la chronologie des formes monumentales, qui sont réinsérées dans leur contexte local et italien. Ce livre, qui est un point de départ indispensable, est cependant ancien et plusieurs des développements ou des hypothèses qu’il contient doivent être revus à la lumière des études plus récentes ou en cours sur les autres nécropoles de Pompéi. Il faut signaler en outre que des sondages, probablement effectués dans la Villa delle colonne a mosaico par l’équipe du Via Consolare Project in Pompeii (dir. M. Anderson), pourraient apporter de nouvelles données lorsqu’ils auront été publiés.

 Ce rapide état des connaissances sur l’espace suburbain au-delà de la porte d’Herculanum nous semble laisser apparaître des lacunes, que d’autres secteurs hors les murs de Pompéi ne sauraient pouvoir combler. L’un des aspects dignes d’intérêt est en effet la pluralité des fonctions attestées dans cette zone, leur coexistence et leurs mutations dans le temps. Notre projet se développerait autour de deux questionnements et objectifs :

 -         en premier lieu, l’articulation entre les espaces funéraires et les espaces productifs ou commerciaux, tant du point de vue strictement topographique que dans une perspective fonctionnelle. Cette question se trouve au cœur de travaux récents sur les zones suburbaines, en Italie et hors d’Italie. Il est à croire que les données du secteur de la porte d’Herculanum, jusqu’à présent abordées de manière très générale, pourraient livrer un cas d’espèce très instructif. Le projet viserait ainsi à déterminer la chronologie d’installation des boutiques et des ateliers construits en façade de la Villa delle colonne a mosaico, pour affiner ou rectifier les propositions antérieures et déterminer, entre autres, la date et la façon dont la nécropole « samnite » fut abolie ou transformée.. La reprise des données de fouilles anciennes, complétées par des nettoyages ou des sondages, permettrait en outre de mieux appréhender la nature des espaces commerciaux ou artisanaux situés hors de la ville, et de reconsidérer, pour Pompéi, la question de la supposée relégation de ces activités « nuisibles » hors de la ville, ainsi que leur relation avec la fréquentation des tombeaux.

-         en second lieu, la question de la gestion de l’espace suburbain et des formes d’occupation ou de propriété qu’il connaît. L’épigraphie des tombeaux fournit en effet de nombreuses indications susceptibles d’être exploitées en ce sens, telles que le nom des titulaires des monuments, qui permet de les resituer dans le contexte social d’évolution de la colonie. Pareille étude a été ébauchée dans le livre de V. Kockel, qui s’appuyait principalement sur les travaux de P. Castrén. Les études plus récentes, en particulier celles de H. Mouritsen sur la société et les élites pompéiennes, permettraient de revoir certaines conclusions du savant allemand. D’autre part, une grande partie des monuments fut concédée par décision des décurions de la colonie. Ces mentions, comme cela a été vu occasionnellement, sont aussi une fenêtre ouverte sur les régimes de propriété concernant cet espace, où viennent se mêler des lieux publics, privés ou comme le dit le droit, « religieux ». Il serait intéressant de scruter les évolutions et mutations de ces régimes, en confrontant l’archéologie et l’épigraphie. Signalons enfin que ces questions permettront de reformuler la problématique liée au pomerium de Pompéi. D’une part les résultats obtenu par l’observation de la nécropole de Porta Ercolano, de l’autre les précisions chronologiques fournies par les études en cours des fortifications et des espaces environnants, consentiront d’approcher de manière renouvelée un sujet central pour l’appréhension de la colonie romaine.

Calendrier

  • 2012-2014 : fouilles des boutiques 28, 29 et 30. Étude bibliographique et documentation.
  • 2015-2016 : campagnes annuelles de sondages dans les boutiques de la Villa delle colonne a mosaico ; révision de la planimétrie du secteur de la nécropole et étude du bâti pour préciser les points délicats dans la chronologie des tombeaux.

Partenaires

  • Centre Jean Bérard
  • CNRS-Centre Camille-Jullian
  • Ministère des Affaires étrangères et du Développement international 
  • Université de Rouen
  • Université de Paris-Est
  • mécénat privé

 

 

Résultat attendu

Publication

Participation EFR

Missions pour les membres de l’équipe

Rencontres scientifiques de l'EFR

Le détail des rencontres est mis en ligne sur le site quinze jours avant (rubrique Événements).

Contacts :

Section Antiquité : Giulia Cirenei secrant(at)efrome.it

Section Moyen Âge : Grazia Perrino secrma(at)efrome.it

Section Époques moderne et contemporaine : Claire Challéat secrmod(at)efrome.it

 

 

Prochaines manifestations

 

Appel à candidatures – Atelier doctoral de spécialisation

 

 

Volontari antifascisti italiani nella guerra civile spagnola

Le 06/04/2017 à l'École française de Rome

 

Presentazione della banca dati "Oggi in Spagna, domani in Italia"

 

 

Communautés maritimes et insulaires du premier Moyen Âge

Du 10/03/2017 au 11/03/2017 à Boulogne-sur-Mer

 

Colloque

 

 

 

Retrouvez ici les interventions, publications et événements des membres de l'École française de Rome

 

 

 

Appel à candidatures pour un contrat doctoral à compter du 1er septembre 2017

Réception des candidatures jusqu'au 3 mai 2017

 

 

 

La prochaine séance du séminaire des membres : « Archéologie et fiction » aura lieu le 28 février 2017à l'EFR. Les séances et les discussions sont...