L’exploitation de la mer et du littoral en Italie

Calendrier : De 2012 à 2016
Coordination : Emmanuel Botte (Ecole française de Rome), Marie-Brigitte Carre (CNRS-Centre Camille Jullian)
Axe 2. Dynamiques territoriales

Présentation

 

 L’Italie péninsulaire et les îles (Sicile, Sardaigne, Elbe etc.) possèdent près de 7.500 km de côtes pour une superficie d’environ 300.000 km2, dont les plaines représentent à peine le quart, tandis que le reste est composé de collines et de montagnes. L’exploitation des ressources marines et l’occupation du littoral italien ont donc été intenses, de l’Antiquité à nos jours. Or, le thème de l’exploitation de la mer et du littoral est, pour l’Italie antique, encore peu mesuré à sa juste valeur, et manque de travaux de synthèse. C’est pourquoi, avec un programme pluridisciplinaire mais également, et volontairement, doté d’un champ chronologique large (de l’Antiquité à l’époque moderne), nous souhaitons pouvoir contribuer à l’amélioration de nos connaissances à propos de cette problématique.

Le programme prévoit la poursuite des travaux entrepris en 2006 en Sicile, en collaboration notamment avec la Surintendance de Trapani, autour des ateliers de conservation et traitement du poisson à San Vito lo Capo et Levanzo. L’objectif est ici de poursuivre l’étude des installations situées principalement sur les côtes septentrionale et orientale de l’île, qui illustrent ainsi le parcours des bancs de thons, dans le cadre d’une collaboration biennale avec les Surintendances de Trapani et de la Mer à Palerme. Si les travaux de terrain ont concerné jusqu’à présent essentiellement la partie nord-ouest de l’île, des recherches sur les ateliers de la côte orientale sont envisageables, notamment dans le territoire dépendant de la Surintendance de Syracuse, où plusieurs ateliers sont déjà recensés. L’intérêt de ces installations repose sur le fait qu’elles se trouvent en territoire grec, ce qui les distingue des autres qui appartiennent à des territoires d’influence phénico-punique.

L’enquête sera étendue à l’Italie centrale (Latium, Étrurie) en envisageant aussi bien l’artisanat de la conservation du poisson que les moyens mis en place pour le transport des produits issus de ces ateliers. Plusieurs ateliers sont connus dans la zone située entre Populonia (Piombino) et Cosa ; un relevé de ces structures clarifierait leur organisation. Dans certains cas, un nettoyage de ces structures et d’éventuels sondages stratigraphiques permettraient de déterminer leur période de construction, donnée indispensable à la compréhension du développement de l’artisanat de la conservation du poisson dans la région. L’analyse de la distribution de ces produits implique aussi des recherches approfondies sur les conteneurs céramiques, et en particulier les amphores, utilisés à cet effet. Des recherches et des analyses dans les domaines de l’archéométrie et de la chimie organique sont envisagées. La première permettrait de cerner les aires de production des amphores et céramiques employées pour l’exportation, tandis que la seconde apporterait des réponses indiscutables sur la nature des produits transportés.

 Le volet sur la Sardaigne s’inscrit dans une recherche plus large dédiée à l’économie alimentaire de l’île durant la période antique. Dans celle-ci, l’exploitation de la mer et l’industrie de la conservation du poisson ont un rôle non négligeable car personne n’a encore fait une étude spécialisée et approfondie sur ce thème. Pourtant, des études similaires ont été pratiquées sur des périodes postérieures, et notamment sur l’industrie des tonnare (madragues), qui regroupe sous cette dénomination les systèmes de capture des thons mais également les ateliers installés à terre pour la transformation du poisson et son conditionnement en tonneaux puis conserves par la suite. Il en ressort que cette industrie, même si elle est un peu moins développée qu’en Sicile, a comme elle constitué pour les investisseurs une source importante de revenus.

 Ce programme sera complété, sur le versant adriatique, par la participation aux fouilles de M.B. Carre à Busuja (Croatie), où se trouve une imposante structure submergée, particulièrement bien conservée, qui est probablement un vivier associé à une villa maritime. Ce programme, qui croise celui de Corinne Rousse sur le domaine maritime de Loron (Tar Vabriga-Croatie), s’inscrit dans une opération de géoarchéologie exhaustive sur une portion du littoral de la regio X. Dans le cadre de ce projet, E. Botte pourrait explorer les pistes sur les modalités de transformation des poissons, qui ne sont pas encore clairement identifiées à cet endroit. La question de la commercialisation de ces produits est pleinement liée à cette recherche, et un volet devra lui être consacré.

 Enfin, plusieurs rencontres scientifiques ont été organisées, notamment une série de séminaires, en collaboration avec C. Courrier (EFR), « L’alimentation dans les cités portuaires antiques. Données nouvelles – Nouvelles approches ». L’ambition affichée était de réunir pour chacun de ces séminaires des spécialistes autour d’un thème lié à l’alimentation antique, en s’intéressant tout particulièrement au cas des cités portuaires. À côté de ces nouvelles approches scientifiques, des thèmes tels que les espaces de production alimentaire, la question de l’alimentation à l’époque archaïque (dans les colonies grecques notamment) ou celle de l’alimentation à Ostie et Rome ont eu leur place puisque des données nouvelles ont pu être fournies par les intervenants intéressés par ces séminaires.

 En 2012 a également été organisé, en collaboration avec V. Leitch (BSR), un atelier doctoral intitulé « Fish and Ships », qui visait à réunir des spécialistes et des doctorants / post-doctorants travaillant sur la production et le commerce des denrées halieutiques (salaisons, sauces et autres dérivés), dans le but d’éclairer les zones (Grèce, Algérie, Numidie) ou les périodes chronologiques (IVe-IIe s. av. J.-C.) qui n’ont que peu attiré l’attention jusqu’à présent, soit par faute de données, soit par manque de recherches qui leur auraient été spécifiquement dédiées. Le volume issu de cet atelier a été publié en 2014 par les Éditions Errance et le Centre Camille Jullian dans la collection Bibliothèque d’Archéologie Méditerranéenne et Africaine (BiAMA, n° 17), grâce au soutien financier de l’EFR, du LabexMed et de l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation.

 L’ensemble des activités présentées dans le cadre de ce programme visent à restituer la place qu’occupe en Italie, et dans les différentes provinces qui la constituent, l’exploitation de la mer et du littoral. Cette démarche, à travers l’organisation d’opérations archéologiques mais également de rencontres scientifiques, est nécessaire car on a pu observer à quel point l’Italie est la grande absente dans ce domaine. L’ambition affichée est bien de pouvoir interpréter le rôle joué par l’Italie péninsulaire et insulaire dans le bassin méditerranéen, face aux régions que nous connaissons mieux car objets d’études depuis plusieurs décennies (notamment Espagne, Portugal, Maroc, Tunisie).

 

Partenaires

  • Centre Jean Bérard - Naples
  • Soprintendenza per i Beni Culturali ed Ambientali di Trapani
  • Soprintendenza del Mare - Regione Siciliana
  • Soprintendenza per i Beni Archeologici della Toscana
  • Centre Camille Jullian et MMSH-Aix-Marseille Université
  • Musée territorial de Porec/Parenzo
  • Université de Zagreb
  • British School at Rome.

 

 

Calendrier des opérations

o 2012-2014

  • séminaire « L’alimentation dans les cités portuaires antiques. Données nouvelles – Nouvelles approches » (2012-2013)
  • atelier doctoral « Fish and Ships » (2012)
  • fouille archéologique d’un atelier de transformation du poisson à Levanzo (Sicile)

o 2015-2016

  • opérations de relevés d’ateliers en Italie centrale

 

 

Résultats obtenus et attendus

o Plusieurs articles et une monographie :

  • E. Botte et V. Leitch (éds.), Fish & Ships. Production et commerce des salsamenta durant l'Antiquité. Publication de l'atelier doctoral tenu à Rome (18-22 juin 2012 à l'École française de Rome et à la British School at Rome), Errance, BIAMA 17, Aix-en-Provence, 2014. Cet ouvrage a été sélectionné par l’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation pour financer sa publication.
  • Introduction. Dans E. Botte et V. Leitch (éds.), Fish & Ships. Production et commerce des salsamenta durant l'Antiquité. Publication de l'atelier doctoral tenu à Rome (18-22 juin 2012 à l'École française de Rome et à la British School at Rome), Errance, BIAMA 17, Aix-en-Provence, 2014, p. 8-9. (avec V. Leitch)
  • Nouvelles données sur les pots dits «  à garum » du Latium, d’après les découvertes subaquatiques du Rhône (Arles). Dans E. Botte et V. Leitch (éds.), Fish & Ships. Production et commerce des salsamenta durant l'Antiquité. Publication de l'atelier doctoral tenu à Rome (18-22 juin 2012 à l'École française de Rome et à la British School at Rome), Errance, BIAMA 17, Aix-en-Provence, 2014, p. 175-197. (avec D. Djaoui et G. Piquès)
  •  Conclusions. Dans E. Botte et V. Leitch (éds.), Fish & Ships. Production et commerce des salsamenta durant l'Antiquité. Publication de l'atelier doctoral tenu à Rome (18-22 juin 2012 à l'École française de Rome et à la British School at Rome), Errance, BIAMA 17, Aix-en-Provence, 2014, p. 237-239. (avec V. Leitch)

o Rédaction d’une monographie sur « L’exploitation de la mer en Italie centrale tyrrhénienne (Étrurie et Latium) : production et commerce durant l’Antiquité » (2013)

o un article issu de la monographie sur l’Italie centrale sera soumis pour publication dans les MEFRA en 2015

o un article issu des résultats de la fouille archéologique de l’atelier de transformation du poisson de Levanzo sera soumis pour publication aux MEFRA en 2015, tandis qu’une version synthétique de cet article sera proposée à Sicilia Archeologica

Participation EFR

  • missions pour les membres de l’équipe.
  • organisation des séminaires et de l’atelier doctoral « Fish and Ships » (en collaboration avec la BSR, le Centre Camille Jullian et le LabexMed).

Rencontres scientifiques de l'EFR

Le détail des rencontres est mis en ligne sur le site quinze jours avant (rubrique Événements).

Contacts :

Section Antiquité : Giulia Cirenei secrant(at)efrome.it

Section Moyen Âge : Grazia Perrino secrma(at)efrome.it

Section Époques moderne et contemporaine : Claire Challéat secrmod(at)efrome.it

 

 

Prochaines manifestations

 

Presentazione di libro

 

 

 

Seminario Italia contemporanea ottobre-dicembre 2017 / Modern Italy Seminar october-december 2017

 

 

 

 

 

Journées d’étude, Musée du Louvre-Lens, 14 et 15 décembre 2017

 

 

 

Seminario Internazionale di Studi - Salerno

 

 

Circolo Medievistico Romano, 12 dicembre 2017

Le 12/12/2017 à École française de Rome (Piazza Navona 62), salle de séminaire

 

San Marco, Venezia, Reichenau: passaggi di persone, culti e reliquie tra i due lati delle Alpi nel X secolo

 

 

p
a
r
t
a
g
e
r