Les atlas dans les cultures scientifiques et artistiques modernes et contemporaines : représenter, organiser, conserver les connaissances et les objets

Calendrier : De 2012 à 2016
Coordination : Jean-Marc Besse (CNRS-Géographie Cités)
Axe 5. Savoirs et innovations techniques

Responsable

Jean-Marc Besse (CNRS-UMR Géographie Cités)

Présentation

La recherche proposée part d’une question : au-delà du regain d’intérêt actuel pour les atlas qui s’exprime dans les différents travaux qui s’y consacrent, peut-on dégager une convergence, et, plus exactement, quelque chose comme une forme commune sous-jacente à des productions qui se développent pourtant dans des registres assez diversifiés ? Plus généralement, les interrogations sur l’atlas permettent-elles de faire apparaître une structure à la fois transversale et fondatrice dans les cultures scientifiques et artistiques modernes ?


Face à cette question, la recherche proposée met en œuvre une hypothèse principale : le point commun de ces diverses investigations, c’est, semble-t-il, un intérêt pour la forme de l’atlas lui-même, ou, plus précisément dit, pour l’atlas comme forme graphique et éditoriale de création, visualisation et d’organisation des connaissances, des images, et des objets. Le projet de recherche envisagé ici se développe selon deux directions principales :

1 - Les recueils d’estampes cartographiques d’Antoine Lafréry et de ses héritiers

On propose une investigation autour des recueils d’estampes cartographiques italiens, romains principalement (« atlas composites » ou atlas IATO/Italian Assembled To Order), composés entre 1560 et la fin du siècle par Antoine Lafréry (1512-1577) et ses héritiers. En prenant ces recueils comme lieu d’observation, il s’agit d’une enquête sur les origines de cette forme particulière d’archivage, de conservation et de présentation de l’information géographique qu’est l’atlas.


Les historiens de la cartographie, mais aussi les historiens des sciences, réduisent trop souvent les origines de l’atlas à deux noms principalement, Abraham Ortelius et Gérard Mercator, qui auraient été les « inventeurs » de la formule graphique appelée, à la suite de la décision de Mercator : « atlas ». Il s’agirait ici, au contraire, de restituer la complexité des contextes de production, de diffusion et d’utilisation de ces atlas ou recueils cartographiques à l’intérieur de l’espace européen.
Antoine Lafréry (ou Lafreri) est l’un de ces acteurs. Installé à Rome dans le milieu des années 1540, ayant absorbé l’activité d’Antonio Salamanca en 1563, il est devenu le principal imprimeur-éditeur d’estampes de la ville. Dans les années 1572-1573, il fait graver un frontispice qu’il ajoute aux recueils de cartes qu’il réalise sous forme reliée à la demande de ses clients, et rédige un catalogue ordonné de son stock cartographique : il crée un objet nouveau sur le marché italien de l’estampe. Ces recueils rencontrent un grand succès et l’on peut considérer qu’ils constituent une alternative aux productions d’Ortelius et de Mercator.


Les conditions de la composition des recueils donnent à la production de Lafréry un caractère particulier. Ses « atlas » sont assemblés dans le cadre d’une « négociation » entre l’imprimeur-libraire et une clientèle dont les moyens, les goûts, les intérêts peuvent varier. Ainsi, même si l’on peut constater un phénomène de standardisation progressive des productions après 1580, à l’initiative de l’héritier de Lafréry, son neveu Claude Duchet, chaque assemblage peut être considéré jusqu’à un certain point comme unique, aussi bien dans son contenu quantitatif et qualitatif que dans son ordre. Au bout du compte, le recueil de cartes apparaît moins comme un objet au sens restrictif du terme (stabilisé et homogène), que comme un lieu de transactions savantes, commerciales et symboliques, lieu nécessairement instable. Un lieu qui appelle une approche historiographique renouvelée, tenant compte, justement, des contextes pragmatiques et spatiaux à l’intérieur desquels la forme-atlas est élaborée, développée, et mise en circulation.
Les objectifs de cette recherche, qui suppose la mise en place de collaborations avec des bibliothèques en Italie et en France, sont les suivants :

  • Inventorier et localiser les recueils réalisés par Lafréry encore actuellement existants dans les collections publiques et privées.
  • Faire l’histoire de la réalisation matérielle des recueils, mais aussi celle des conditions de leur composition, de leur diffusion et de leur conservation.
  • Reconstituer les réseaux de transmission des sources géographiques et iconographiques des planches qui composent les recueils.
  • Reconstituer, sous une forme virtuelle par exemple, les recueils qui ont été détruits.


L’enjeu scientifique de cette première direction de la recherche se décline à partir de quatre questions :

  • Quelles ont été les conditions de la fabrication de ces recueils et de leur première diffusion sur le marché européen?
  • Du point de vue spécifique de la géographie, quelles ont été les origines des sources, manuscrites et imprimées, utilisées pour la production de ces recueils?
  • Quelle est la logique éditoriale/scientifique interne de ces recueils : quel est leur mode de composition? leur logique interne s’il y en a une ? Quels modèles intellectuels et graphiques?
  • Quelle est « l’image du monde » véhiculée dans les recueils. Comment voit-on le monde depuis Rome? Depuis l’Europe? Quel est l'imaginaire véhiculé par cette cartographie?

 


2 – L’atlas comme forme graphique dans la culture moderne


A l'articulation de l'histoire de la cartographie, de l'histoire du libre, de l'histoire de l'estampe et de l'histoire des formes graphiques de présentation des objets scientifiques et artistiques, la seconde direction de ce projet de recherche a pour ambition d'interroger la naissance, le développement et la stabilisation, dans la culture européenne moderne, dun espace de constitution de l'objectivité: l’atlas, considéré ici comme une forme graphique de visualisation, de conservation, d’organisation et de construction des connaissances, mais aussi comme un dispositif tout à la fois matériel et intellectuel destiné à rendre possible et à organiser la lisibilité du monde.


C’est d’une histoire « matérielle » qu’il s’agit, une histoire des instruments et des formes de présentation visuelle de l’information géographique, scientifique et artistique de façon plus générale. Plus exactement, l’objectif est celui d’une histoire critique de la constitution et des transformations (à la fois formelles et dans les usages) d’un espace graphique spécifique, qu’on appellera un dispositif.


Dans la perspective de cette histoire matérielle de la constitution d’un espace graphique, il s’agit avant tout d’étudier un geste, ou plutôt un ensemble de gestes pour la plupart non discursifs. Ces gestes non verbaux ont néanmoins le pouvoir d’organiser de manière durable à la fois le champ du visible et le champ du discours. On voudrait, dans le cadre d'une bhistoire culturelle des formes visuelles, envisager l'atlas dans la perspective de cette interrogeation sur les microtechnologies intellectuelles et matérielles (M. de Certeau) qui qui sous-tendent la constitution des espaces cognitifs, c’est-à-dire à la fois visuels et discursifs, dans la géographie mais aussi d’autres champs de savoir.

Partenaires institutionnels

  • UMR Géographie-cités (CNRS-Université de Paris 1- Université de Paris 7-Diderot)
  • CHAM (Lisbonne)
  • Université Erfurt-Gotha.
  • Fondation Gulbenkian (Paris et Lisbonne)
  • Biblioteca Nazionale di Firenze
  • Biblioteca Nazionale di Venezia

 

Calendrier des opérations

 

Productions envisagées

  • Publication de deux ouvrages de synthèse
  • Reconstitution virtuelle d'un ou de plusieurs recueils IATO



Rencontres scientifiques de l'EFR

Le détail des rencontres est mis en ligne sur le site quinze jours avant (rubrique Événements).

Contacts :

Section Antiquité : Giulia Cirenei secrant(at)efrome.it

Section Moyen Âge : Grazia Perrino secrma(at)efrome.it

Section Époques moderne et contemporaine : Claire Challéat secrmod(at)efrome.it

 

 

Prochaines manifestations

 

Presentazione di libro

 

 

 

Seminario Italia contemporanea ottobre-dicembre 2017 / Modern Italy Seminar october-december 2017

 

 

 

 

 

Journées d’étude, Musée du Louvre-Lens, 14 et 15 décembre 2017

 

 

 

Seminario Internazionale di Studi - Salerno

 

 

Circolo Medievistico Romano, 12 dicembre 2017

Le 12/12/2017 à École française de Rome (Piazza Navona 62), salle de séminaire

 

San Marco, Venezia, Reichenau: passaggi di persone, culti e reliquie tra i due lati delle Alpi nel X secolo

 

 

 

Exposition - Museo del territorio di Foggia

 

 

p
a
r
t
a
g
e
r