Le Corpus des lettres des papes d'Avignon et les archives du gouvernement pontifical


Axe 4. Le laboratoire politique et social italien

Responsable : Jacques Chiffoleau (EHESS / CNRS CIHAM - UMR 5648)

Depuis sa création à la fin du XIXe siècle, qui a coïncidé avec l’ouverture de l’Archivio Segreto Vaticano, l’EFR joue un rôle essentiel dans l’exploitation de ce fabuleux gisement archivistique, qui concerne toute l’Europe de la fin du Moyen Age. Jusque dans les années 1960, ce sont les jeunes chartistes accueillis à l’École qui ont produit les analyses et les transcriptions des innombrables lettres des papes des XIIIe et XIVe siècles. Ensuite, si l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes - CNRS, à partir des années 1970, puis le CIHAM - UMR 5648 (à partir de 2005) ont pris le relais, notamment pour la numérisation complète des 260.000 bulles étudiées jusque-là dans la base Ut per litteras apostolicas (diffusion Brepols) et réalisée au Centre pontifical d’Avignon, elle a continué de jouer un rôle important dans ce champ de la recherche. D’abord en accueillant comme membres ou comme boursiers un grand nombre de jeunes chercheurs qui ont renouvelé l’étude du gouvernement pontifical pendant les mêmes siècles, ensuite en multipliant les enquêtes collectives et les publications (par exemple, en dernier lieu, la somme en deux volumes sur les officiers pontificaux, sous la direction d’A. Jamme et d’O. Poncet). Entre 2007 et 2011, l'ANR a pris en charge le programme d’édition électronique des registres pontificaux des XIIIe et XIVe siècle conservés à l’Archivio Apostolico Vaticano et publiés par l’EFR depuis la fin du XIXe siècle (ANR CORELPA « Corpus électronique des lettres des papes » subventionné par l’ANR et placé sous la direction de l’Université Lumière Lyon 2 / CNRS CIHAM - UMR 5648 en partenariat avec l'EFR). Pour les années qui viennent, le CIHAM – UMR 5648 propose, dans son propre plan quinquennal 2011-2015, de poursuivre ces enquêtes dans les archives pontificales de plusieurs manières. Elle souhaite vivement y associer l’EFR en ce qui concerne les trois projets suivants :

- 1. la poursuite de l’édition et de l’analyse des lettres conservées dans les registres de la Chancellerie pontificale. C’est ainsi que sont prévues à la fois l’édition de l’ensemble des lettres secrètes et curiales de Jean XXII, qui offrent un accès privilégié à l’histoire de la diplomatie pontificale au début du XIVe siècle (qui est en constant renouvellement depuis quelques années) et l’analyse des quelques 50.000 lettres communes de Clément VI, qui permettent de mesurer les changements du personnel ecclésiastique et les transformations de la politique bénéficiale après la peste de 1348. Il va de soi que la poursuite de cette enquête implique aussi un approfondissement des études sur la forme même des lettres, qu’il faut envisager dans le temps long et qui doit s’appuyer sur le comparatisme.

- 2. le croisement de ces lettres très nombreuses avec les autres sources pontificales, conservées dans les archives de la Chambre (notamment les comptabilités) ou celles des tribunaux centraux de l’Eglise (notamment la Pénitencerie). Mais aussi avec la documentation issue des administrations locales ou régionales de la papauté en Italie centrale, à Avignon et en Comtat Venaissin.

- 3. éventuellement la participation au montage d’un projet de financement européen (ERC) pour la création d’un plate-forme européenne commune d’édition électronique des archives pontificales qui associerait un certain nombre d’universités (Lyon, Avignon, Lisbonne, Leon, Vienne, Bruxelles, Oxford) mais aussi et surtout les institutions académiques installées à Rome qui se dédient depuis longtemps aussi à l’édition et à l’analyse des archives pontificales (Istituto storico italiano per il Medioevo, Istituto storico germanico, Académie Belge, British School, etc.). Les liens entretenus au sein de l’Unione Internazionale degli Istituti di Archeologia Storia e Storia dell'Arte in Roma peuvent ici jouer un rôle indispensable.


Partenaires

Université Lumière Lyon 2 / CNRS CIHAM - UMR 5648 ; Université de Rome 3


Opérations prévues

L'EFR de Rome doit continuer à jouer un rôle central dans l'étude des lettres et de la documentation pontificales qui est à l'origine des premières recherches en histoire médiévale à l'EFR en 1876. Comme dans le cadre du programme CORELPA, l’EFR pourrait continuer à participer aux projets déposés à l’Agence nationale de la Recherche pour développer ces éditions. Elle joue en outre un rôle d’interface indispensable avec le Vatican grâce à l’accueil régulier des chercheurs qui, à Avignon ou à Lyon, ont besoin de travailler à l’Archivio segreto et à la Bibliothèque du Palais Farnèse. L’EFR peut également jouer un rôle très important en soutenant les rencontres comparatistes indispensables et la publication des résultats. Voire même en réactivant – ce qui semble être déjà le cas depuis plusieurs mois – son programme d’édition de sources originales. Enfin, l'EFR peut apporter un soutien logistique aux chercheurs travaillant dans les archives et à un éventuel un ingénieur-Europe capable de nous aider à monter un projet européen.

Rencontres scientifiques de l'EFR

Le détail des rencontres est mis en ligne sur le site quinze jours avant (rubrique Événements).

Contacts :

Section Antiquité : Giulia Cirenei secrant(at)efrome.it

Section Moyen Âge : Grazia Perrino secrma(at)efrome.it

Section Époques moderne et contemporaine : Claire Challéat secrmod(at)efrome.it

 

 

Prochaines manifestations

 

Presentazione di libro

 

 

 

Seminario Italia contemporanea ottobre-dicembre 2017 / Modern Italy Seminar october-december 2017

 

 

 

 

 

Journées d’étude, Musée du Louvre-Lens, 14 et 15 décembre 2017

 

 

 

Seminario Internazionale di Studi - Salerno

 

 

Circolo Medievistico Romano, 12 dicembre 2017

Le 12/12/2017 à École française de Rome (Piazza Navona 62), salle de séminaire

 

San Marco, Venezia, Reichenau: passaggi di persone, culti e reliquie tra i due lati delle Alpi nel X secolo

 

 

p
a
r
t
a
g
e
r