Regards croisés sur les crises médiévales (Europe du Nord-Ouest, Italie)

Catégorie : La recherche
Lieu et date :

Rome, Institut historique belge de Rome (Via Omero, 8) et École française de Rome (Piazza Navona, 62)

Du 23/01/2018 au 24/01/2018

Colloque

 

 

 

 

 

Regards croisés sur les crises médiévales (Europe du Nord-Ouest, Italie)

Les «crises» constituent aujourd’hui un sujet récurrent dans les ouvrages des économistes, biologistes, géographes, sociologues, politologues, spécialistes de l’environnement etc. L’actualité et l’ampleur du phénomène sont pour beaucoup dans cette récurrence. Il n’empêche que se pose le problème de la définition du concept de «crises», de son applicabilité et même de ses limites comme instrument analytique. Les consensus qui paraissaient exister sur certaines périodes de l’histoire ancienne et de l’histoire médiévale, jusqu’alors qualifiées de «périodes de crise», ont été défaits. D’un autre côté, s’il est vrai que les travaux publiés au long des trois dernières décennies ont soutenu la continuité des constructions politiques et économiques romaines, mis en échec l’idée de mutation féodale et aussi réduit d’une manière importante l’ampleur de la crise démographique et économique du XIVe siècle, cela a été fait globalement à partir des mêmes matériaux (textes, culture matérielle) utilisés par ceux qui, peu de temps avant, défendaient la position contraire. Ce qui est en jeu, finalement, ce sont les rapports des historiens, avec leurs sources: c’est un élément qu’on prendra en compte tout au long de ce colloque. Son programme, en réunissant des médiévistes belges, brésiliens, français et italiens, prétend apporter une contribution à ces discussions relatives aux «crises» dans l’Europe du Nord-Ouest et en Italie au Moyen Âge, sans prétendre épuiser l’éventail des sujets à traiter, tant il est vaste; pour ce faire, les crises sont déclinées dans les champs politiques (les crises et les institutions urbaines; les rapports avec les pouvoirs «supérieurs»), économiques et climatiques (les crises alimentaires), et naturellement, historiographiques (les crises et leurs expressions dans la production écrite). La rencontre mettra en tension des dossiers plus empiriques, des recherches en cours et des bilans théoriques visant à réfléchir sur le concept de «crises», son applicabilité et ses limites.

 

Comité scientifique :
Marcelo Cândido da Silva - Universidade de São Paulo
Bruno Demoulin - Université de Liège
Igor Teixeira - Universidade Federal do Rio Grande do Sul
Alexis Wilkin - Université libre de Bruxelles

 

Télécharger le programme ici.

p
a
r
t
a
g
e
r