Le journal d'une reine. Marie-Caroline de Naples dans l'Italie des Lumières

Catégorie : La recherche Centre Jean Bérard
Lieu et date :

Naples

Le 28/05/2018

Présentation d'ouvrage

Le 28 mai 2018, à 18h,

Médiathèque de l'Institut français Napoli (Palazzo « Il Grenoble », via Francesco Crispi 86, Napoli)

se tiendra la présentation de l'ouvrage

Le journal d'une reine. Marie-Caroline de Naples dans l'Italie des Lumières de Mélanie Traversier (Les classiques de Champ Vallon, 2017)

Accueil: Fabrice Jesné, directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l'EFR.

Intervenants : Rosa Maria Delli Quadri (Université "L'Orientale" de Naples), Mirella Mafrici (Université de Salerne) et Simon Sarlin (Université Paris Nanterre).

En présence de l'auteur: Mélanie Traversier (Université de Lille).

En 2012, Mélanie Traversier retrouve chez un collectionneur privé américain un manuscrit qui décrit, au jour le jour, de mai à septembre 1785, le voyage d’une princesse en Italie du nord. Elle en reconnaît aussitôt l’écriture : ce journal de voyage a été rédigé par Marie-Caroline de Habsbourg-Lorraine, née archiduchesse d’Autriche puis reine de Naples à partir de 1768. La découverte archivistique est exceptionnelle : écrit de la main d’une femme voyageuse appartenant aux élites sociales de l’Europe des Lumières, il constitue la pièce manquante du diaire tenu par la reine, conservé aux Archives d’État de Naples pour les années 1781-1785, que les enquêtes de Mélanie Traversier avaient exhumé dès 2004 mais qui demeurait amputé de la partie correspondant au voyage.
L’archive autographe princière est désormais remembrée. Dans Le Journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Mélanie Traversier en propose une édition critique, précédée d’un volumineux essai. L’analyse croisée du journal sédentaire et du journal de voyage permet en effet d’examiner tous les rôles sociaux de la souveraine et la façon méthodique dont elle cherche tout à la fois à gouverner ses affects et à exercer son métier de reine. Ecrivant quotidiennement en français, elle ne se confine pas aux divertissements utiles et aux obligations de son sexe : elle observe, décrit, compare — et notamment lors de son voyage d’Italie, sorte de tournée d’inspection des expériences politiques du réformisme des Lumières — pour mieux agir dans le royaume de Naples.

 

28 maggio 2018, ore 18,

Mediateca dell’Institut français Napoli (Palazzo « Il Grenoble », via Francesco Crispi 86, Napoli)

Presentazione del libro

Le journal d'une reine. Marie-Caroline de Naples dans l'Italie des Lumières de Mélanie Traversier (Les classiques de Champ Vallon, 2017)

Saluti: Fabrice Jesné, direttore per gli studi moderni e contemporanei all'Ecole française de Rome.

Interveranno : Rosa Maria Delli Quadri (Università degli studi di Napoli L'Orientale), Mirella Mafrici (Università degli studi di Salerno) e Simon Sarlin (Università di Parigi Nanterre).

In presenza dell'autrice: Mélanie Traversier (Università di Lille).

 

Nel 2012, Mélanie Traversier scopre in una collezione privata americana un manoscritto che descrive giorno dopo giorno il viaggio compiuto da una principessa nel nord della Penisola, tra il maggio e il settembre 1785. Ne riconosce subito la grafia: il diario di viaggio è stato scritto dalla mano di Maria-Carolina d’Asburgo-Lorena, nata arciduchessa d’Austria e poi regina di Napoli dal 1768. Il documento scoperto è eccezionale: opera di una viaggiatrice di alto rango nell’Europa dei Lumi, costituisce il pezzo mancante del diario conservato all’Archivio di Stato di Napoli per gli anni 1781-1785, riportato alla luce nel 2004 proprio dalle ricerche di Mélanie Traversier. La fonte autografa principesca, finora mancante della parte corrispondente al viaggio, è finalmente riunita insieme. Nel suo libro Le Journal d’une reine. Marie-Caroline de Naples dans l’Italie des Lumières, Mélanie Traversier ne propone una edizione critica, preceduta da un ampio saggio. L’analisi combinata del diario stanziale e del diario di viaggio permette di studiare tutti i ruoli sociali della sovrana, dal controllo della sfera privata all’esercizio del mestiere di regina. Le osservazioni quotidiane redatte in lingua francese non si limitano a menzionare i passatempi regali e le occupazioni femminili: nel corso del viaggio settentrionale Maria-Carolina osserva e descrive le politiche riformatrici del tempo, riflettendo su come meglio importarle nel Regno di Napoli.

p
a
r
t
a
g
e
r