Formes graphiques et projets territoriaux : les atlas et la fabrication du politique

Catégorie : La recherche
Lieu et date :

Du 25/06/2015 au 26/06/2015

Table ronde

Pour ses cinquièmes Journées d’études, le groupe ACSAM (« Les atlas dans les cultures scientifiques et artistiques modernes et contemporaines ») se propose de revenir sur les questions de la fonction et de la portée politiques des atlas dans la période moderne et contemporaine, et de faire apparaître pour ainsi dire l’efficience de cette forme d’écriture cartographique dans la construction des espaces et des identités politiques à différentes échelles.

La fonction politique des atlas est bien connue, c’est-à-dire le rôle qu’ils ont joué dans la fabrication des territoires et des imaginaires politiques modernes. C’est dans les atlas que les lecteurs modernes ont appris les découpages territoriaux et les hiérarchies politiques, les centres et les périphéries, et qu’ils ont pu suivre la succession des conflits et des revendications identitaires à propos des territoires cartographiés. C’est dans les atlas qu’ils ont pu également prendre conscience du caractère controversé, voire arbitraire, des limites territoriales et politiques.

Les thèmes qu’on aimerait aborder lors de ces rencontres sont les suivants :

-  Comment, dans ces atlas, les territoires sur lesquels le contrôle politique est établi ou revendiqué sont-ils représentés ? Comment leur « identité », leur « substance », leur « caractère », sont-ils montrés, présentés ? Notamment dans le cas des atlas nationaux et coloniaux ?

-  Quelle est la rhétorique politique spécifique mise en œuvre dans les atlas ? Quels sont leurs objectifs ? Les modèles et les formes qu’ils suivent ? Les revendications qu’ils traduisent ? Portées par quels groupes d’acteurs ?

-  Que peut-on savoir de la diffusion de ces atlas ? De leur usage ? De leur implication dans les entreprises politiques ? Par exemple lors des litiges frontaliers ? Quelle a été leur réception publique ?

On souhaiterait, lors de ces rencontres, se confronter à des échelles différentes, ainsi qu’à des projets politiques d’ampleurs et de significations différentes : l’échelle nationale paraît déterminante, mais les projets impériaux le sont tout autant, de même que, sur un autre registre, les élaborations imaginaires.

Enfin, il s’agirait, lors de l’analyse de ces atlas modernes et contemporains, d’interroger la nature même de la relation politique qui s’y exprime : la domination, la résistance, la convoitise ou le rêve font partie des économies morales mises en œuvre au sein des atlas, que l'on souhaite mettre en relief à l’occasion de ces rencontres.

 

Programme en français

p
a
r
t
a
g
e
r