Écriture italienne, écriture gauloise. L'œuvre hagiographique en prose de Venance Fortunat

Catégorie : L'EFR La recherche
Lieu et date :

l'École française de Rome

Du 25/01/2016 à 17h28 au 26/01/2016 à 16h29

Table ronde

Écriture italienne, écriture gauloise

Regards croisés sur l’oeuvre hagiographie en prose de Venance Fortunat

 

Ecole française de Rome

 

25-26 janvier 2016

« Un poète italien dans la société gallo-franque » : le titre de la contribution donnée par Luce Pietri à Spolète en 1991 résume bien les raisons de l’intérêt que n’a jamais cessé de susciter Venance Fortunat († vers 600). Son oeuvre poétique, considérée comme le dernier feu de la tradition littéraire tardo-antique en Gaule franque, a principalement retenu l’attention des spécialistes de littérature antique. Quant aux historiens, ils ont surtout exploité la richesse des dédicaces de ses poèmes pour scruter l’étendue remarquable du réseau qu’il a patiemment constitué dans l’entourage des rois mérovingiens. Son oeuvre hagiographique en prose, exclusivement épiscopale si l’on met à part sa Vie de la reine Radegonde, a un peu moins retenu l’attention des chercheurs, malgré des études importantes de la part de Sophia Boesch- Gajano, Simon Coates, Roger Collins, Antonella Degl’Innocenti et, plus récemment, Oliver Ehlen.

Moins brillante au regard de sa propre oeuvre poétique, notamment de sa Vie de saint Martin, ce corpus a aussi été éclipsé par l’oeuvre hagiographique beaucoup plus volumineuse laissée par son contemporain Grégoire de Tours. Dans le récent panorama qu’il a dressé de l’hagiographie mérovingienne (2010), Martin Heinzelmann insiste cependant à juste titre sur la place occupée par Fortunat dans l’histoire de la littérature hagiographique en prose, ainsi que sur quelques questions pendantes, comme l’attribution toujours incertaine de la Vie de saint Médard de Noyon. Alors que, depuis quelques années, la traduction de ces Vies de saints évêques en prose a été mise au programme de l’Atelier Hagiographie & Histoire (HagHis), le moment semble venu de faire un point sur ces dossiers et d’enrichir la réflexion en croisant le regard d’historiens et de littéraires, et de chercheurs venus d’horizons différents.

Le programme est consultable ici.

p
a
r
t
a
g
e
r