TRANSFUN. Transitions funéraires en Occident de l’Antiquité à nos jours

  • Sections : Antiquité, Moyen Âge et Époques moderne et contemporaine
  • Responsables :  Guillaume Cuchet, professeur, Université Paris-Est Créteil, Centre de recherches en Histoire européenne comparée CRHEC, EA 4392 ; Nicolas Laubry, Maître de conférences, Université Paris-Est, Créteil, Centre de recherches en Histoire européenne comparée CRHEC, EA, 4392 ; Michel Lauwers, professeur, Université Côte d’Azur, Cultures et environnements, Préhistoire Antiquité Moyen Âge CEPAM, UMR 7264
  • Détail du tombeau des martyrs, XIIe s., basilica de San Vicente, Avila, Espagne. Cliché M. Lauwers

  • Sarcophages de la nécropole de Manastirine (Salone), Croatie, IV-Ve s. Cliché N. Laubry

  • Nécropole de Santa Rosa, Cité du Vatican, IIe s. Cliché N. Laubry

Présentation

Fondé sur le constat d’une mutation anthropologique du rapport à la mort et aux morts au sein du monde contemporain, le programme « Transitions funéraires en Occident de l’Antiquité à nos jours » entend explorer les différentes dimensions de cette mutation et revenir sur les grandes transformations qui ont caractérisé les pratiques funéraires en Europe et dans les espaces méditerranéens depuis la fin de l’époque protohistorique. Après l’engouement historiographique des années 1970, un regain d’intérêt pour cette thématique paraît en effet se faire jour chez les historiens des époques moderne et contemporaine, chez les sociologues et les anthropologues. Concernant les périodes plus anciennes, Antiquité ou Moyen Âge, le souci des morts a toujours fait l’objet d’une attention soutenue, mais le renouveau des problématiques et les méthodes actuelles de l’archéologie appellent des révisions et de nouvelles synthèses.

Il s’agira pourtant moins de réécrire une histoire de la mort en Occident que d’appréhender et de comprendre la métamorphose des systèmes funéraires au fil des siècles. Les manifestations et les enjeux en sont multiples : les institutions, les structures sociales, les croyances et les rituels religieux, l’expression matérielle et l’ancrage topographique, l’effet des évolutions démographiques ou des crises de mortalités de masse sont autant de points d’observation envisagés. Pluridisciplinaire et pariant sur l’intérêt comparatiste de la longue durée, ce programme permettra d’intégrer la masse considérable de données archéologiques relatives aux sociétés anciennes produites au cours des décennies précédentes et d’appréhender les rites funéraires à l’aune des analyses et des acquis de l’ensemble des sciences sociales. Par ce biais, ce sont aussi les notions de normes, de transformations et de dynamiques sociales et, au-delà peut-être, la notion même de périodisation historique qui seront interrogées à nouveaux frais.

Pour ce programme, l’École française de Rome fédère cinq institutions partenaires (les universités de Paris-Est Créteil, de Côte d’Azur, d’Aix-Marseille, de Padoue et de Bordeaux) ainsi qu’un réseau international de chercheurs travaillant en France, en Italie, en Allemagne ou aux États-Unis.

Un carnet de recherches sur le site Hypotheses.org est en cours d’élaboration : transfun.hypotheses.org

Mots clés

Mort ; pratiques funéraires ; transitions historiques ; normes ; religion ; rituels ; Europe occidentale ; Méditerranée

Lien pour en savoir plus

Carnet de recherche Hypotheses.org

https://transfun.hypotheses.org/

Résultats attendus

Outre la mise en place d’un réseau de chercheurs de spécialités et d’horizons divers, la finalité du programme est la publication d’une étude collective de synthèse sur la thématique de recherche.

Activité en 2017

Une première rencontre scientifique aura lieu les 22 et 23 juin 2017 à l’UPEC (Créteil) : destinée à poser des jalons historiographiques et théoriques, elle explorera les relations entre les transitions funéraires et les transformations sociales, la dynamique des systèmes funéraires et les crises et les tensions auxquels ils sont soumis.

En savoir plus →

Télécharger le programme du colloque (pdf) →

p
a
r
t
a
g
e
r