Pincio, Rome - Italie

  • de l’Antiquité romaine à la Renaissance
  • Zone périphérique résidentielle

 Dirigé par Henri Broise et Vincent Jolivet, le programme de fouilles mené sur le versant occidental de la colline du Pincio, en collaboration avec la Soprintendenza archeologica di Roma, s’est déroulé entre 1981 et 2005, en alternant fouilles programmées et fouilles d’urgence.

Ces travaux ont notamment permis d’interpréter comme un grand nymphée julio-claudien la structure curviligne située dans le jardin de la Trinité-des-Monts, traditionnellement interprétée comme la villa de Lucullus. L’enquête menée sur une grande partie des deux domaines a par ailleurs apporté une moisson d’informations sur la topographie générale de toute cette zone : à la villa Médicis, découverte de deux temples à plan centré tardo–antiques sous la colline artificielle du Parnasse, mise au jour d’un pavillon du palais impérial du Ve siècle devant la façade de l’édifice, premières données archéologiques sur le début de la réoccupation du Pincio à la Renaissance.

  • Bibliographie sommaire

H. Broise et V. Jolivet, L'antiquité, dans A. Chastel (dir.), La Villa Médicis à Rome, II, Rome, 1991, p. 8-40.

H. Broise et V. Jolivet, Leonardo Bufalini, Pirro Ligorio et les antiquités du Pincio, CRAI, 1995, p. 7-29.

H. Broise et V. Jolivet, Ricerca e tutela sul versante occidentale del Pincio (Villa Medici-Trinità dei Monti), dans M. Tomei (dir.), Roma. Memorie del sottosuolo. Ritrovamenti archeologici 1980/2006, cat. d’expo, Rome, 2006, p. 147-149.

 H. Broise et V. Jolivet (dir.), Pincio 1. Réinvestir un site antique, Rome, 2009.