MISSMO. Missions chrétiennes et sociétés du Moyen-Orient : organisations, identités, patrimonialisation (XIXe-XXIe siècles)

  • Section : Époques moderne et contemporaine
  • Responsables : Philippe Bourmaud, chercheur accueilli en délégation au CNRS, Institut Français d’Études Anatoliennes, Istanbul ; Séverine Gabry-Thienpont, Membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale (IFAO) ; Marie Levant, chercheure post-doc auprès de la Fondazione per le scienze religiose Giovanni XXIII (Bologne) et chercheure résidente à l'École française de Rome ;  Norig Neveu, chercheuse à l’Institut français de Proche-orient (IFPO) ; Karène Sanchez, maître de conférences, Université de Leyde
  • Réseau des EFE : en collaboration avec l’Institut français d’archéologie orientale
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Présentation

Le programme de recherche MisSMO (Missions chrétiennes et sociétés au Moyen-Orient : organisations, identités, patrimonialisation, XIXe-XXIe siècles) regroupe une vingtaine de chercheurs.

Son objectif est de situer les missions au regard des évolutions culturelles et sociales qui ont traversé le Moyen-Orient, de la modernité ottomane jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit d’analyser le phénomène missionnaire à l’échelle régionale, et non plus uniquement aux échelles nationale ou locale. Tout en nous interrogeant sur l’évolution des formes, de l’organisation et du rôle des missions, nous montrerons comment elles ont engendré de profondes mutations sociales, culturelles et économiques, non seulement pour les chrétiens mais aussi pour les musulmans.

 

Axe 1- Missions et pouvoir en place

Responsable : Karène Sanchez

Concernant la période ottomane (fin XIXe-début XXe siècle), notre projet reviendra sur le déploiement des initiatives caritatives et sanitaires des missions catholiques, protestantes et orthodoxes. Pour la période mandataire, nous examinerons les relations entre missionnaires et autorités françaises ou britanniques, afin d’analyser la place des missions dans l’élaboration de systèmes et de savoirs coloniaux. Nous étudierons les devenirs divergents des missions au sein d’États qui, à partir des années 1950, adoptent des politiques différentes en la matière. Ceci nous permettra d’interroger la notion de mission depuis la période ottomane.

 

Axe 2 - Missions et identités confessionnelles

Responsable : Norig Neveu

L’arrivée des missions au Moyen-Orient a entraîné le développement de nouvelles Églises non nécessairement reconnues par les autorités. De plus, l’activité des missionnaires a pu contribuer à réviser les barrières confessionnelles, comme elle a joué un rôle, aussi, dans les différents processus d’affirmation des identités confessionnelles. Approcher la question des identités confessionnelles par l’action des missionnaires révèle les effets de la confessionnalisation, sans en faire une conséquence mécanique de dispositifs institutionnels. Ces missions ont souvent dû négocier leur place face aux Églises orientales « historiques », tout en portant une volonté de dialogue avec les populations musulmanes. C’est en tant qu’espace de contact entre les religions que les missions seront appréhendées.

 

Axe 3- Missions et genre

Responsable : Séverine Gabry-Thienpont

Les missions ont joué un rôle majeur dans la conception des rapports genrés entre individus. Au XXIe siècle, les congrégations féminines et masculines réorganisent l’espace des villes, des villages, mais aussi des familles, et obtiennent le statut d’interlocuteurs privilégiés, voire de médiateurs. Quelle importance revêt la question du genre, comme statut socialement et religieusement normé, dans ces échanges ? Comment les missions influent-elles sur les pratiques religieuses chrétiennes puis, plus largement, musulmanes ?

 

Axe 4 : Mission, patrimoine et savoir

Responsables : Philippe Bourmaud et Marie Levant

Les institutions missionnaires du Levant, naturellement situées à l’interface entre « monde occidental » et « monde oriental », ont servi de base, dès XIXe siècle, au développement d’un savoir sur les cultures chrétiennes-orientales et sur les sociétés locales. Elles ont largement contribué à l’élaboration de topographies sacrées, incluant les territoires du Moyen-Orient à la Terre sainte. Nous chercherons à comprendre comment les populations locales, chrétiennes, juives et musulmanes, investissent ces espaces nouvellement (re)créés à des fins religieuses, politiques ou touristiques.

 

De manière plus globale, ce programme interroge l’évolution de la notion de « mission » depuis la période ottomane. Alors qu’apparaissent en Terre sainte des congrégations venues du « Sud », d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine, il semble plus que jamais possible d’utiliser le fait missionnaire chrétien comme un observatoire régional des évolutions du religieux mondialisé. Pour mener à bien ces quatre axes, l’équipe MisSMO entend mettre en perspective des exemples historiques et ethnographiques allant de l’Égypte à la Turquie contemporaine en passant par le Liban, la Jordanie, la Palestine et les Lieux Saints, ou bien encore l’Irak et la Syrie, à partir de l’étude des documents issus des archives romaines, des congrégations et institutions missionnaires, ainsi que d’enquêtes de terrain.

 

Mots clés

Chrétiens d’Orient ; Moyen-Orient ; histoire ; anthropologie ; XIXe-XXIe siècles ; Terre sainte ; patrimoine ; études de genre ; transfert des savoirs ; identités confessionnelles ; interconfessionnalisme ; pouvoirs politiques.

Chiffres clés

En 2017 :

  • 3 rencontres scientifiques, à Bologne, Paris et Rome
  • 6 missions au Moyen-Orient et à Rome
  • une vingtaine de chercheurs impliqués

Calendrier des opérations pour 2017

En 2017, trois manifestations scientifiques publiques sont prévues :

  • 18-22 juin 2017 : « European projects about Modern History of Eastern Christianity », panel organisé au sein du 1e congrès de la European Academy of Religion, FSCIRE, Bologne
  • 6 juillet 2017, « Le phénomène missionnaire au prisme du genre dans le Moyen-Orient contemporain », panel organisé au sein du 2e congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, INALCO, Paris
  • 27-29 novembre 2017, « In partibus fidelium. Missions du Levant et connaissance de l’Orient chrétien (XIXe-XXIe siècles) », Colloque international, École française de Rome

Résultats attendus

Une série de rencontres scientifiques, d’expositions photographiques, ainsi que les campagnes de dépouillement d’archives et les enquêtes ethnographiques menées tant au Moyen-Orient qu’à Rome, permettront de proposer plusieurs dossiers consacrés à la mission au Moyen-Orient : genre et mission (2018), circulation des savoirs (2018), médecine (2019), etc.

Un colloque et une publication finales (2020-2021) dresseront le bilan des recherches et travaux et effectués.

Le programme comporte un volet de formation doctorale afin d’encourager le développement de la recherche sur les chrétientés orientales à partir de sources européennes et moyen-orientales. Une École doctorale est notamment prévue en 2019.

Enfin, notre ambition est de structurer une équipe et de solides collaborations internationales afin de poursuivre ces travaux sur un plus long terme.

Partenariat

Institutions partenaires 

Programmes partenaires

Contacts

p
a
r
t
a
g
e
r