L’héraldique dans la ville au Moyen Age

Category : L'EFR La recherche
Place and date :

l'Ecole française de Rome

From 05-05-2015 to 07/04/2015

Colloque international

L’héraldique dans la ville au Moyen Age

une exception italienne ?

 


École française de Rome

5-7 Mai 2015

Le visiteur qui traverse l’Italie est aujourd’hui encore surpris par la profusion d’armoiries qui couvrent toujours les murs des palais et des monuments publics. Relativement préservé par les grandes campagnes de destruction d’armoiries qui ont marqué l’histoire de l’art héraldique européen, ce patrimoine est une des caractéristiques de la ville italienne. L’histoire de cette mise en signe de la ville, qui retient depuis longtemps l’attention des historiens et historiens de l’art, sans avoir pourtant suscité des travaux à la hauteur du corpus, a fait récemment l’objet de recherches spécifiques qui ont en partie renouvelé les approches et les connaissances, surtout pour l’Italie.
Ces journées ont pour ambition de dresser l’état présent de la recherche et de tenter de faire avancer le sujet, en liant encore plus étroitement l’histoire de la communication héraldique à l’histoire des villes. Ce faisant, elles souhaitent en même temps replacer l’exemple italien dans son contexte européen.
Les armoiries sont un mode d’expression et de communication étonnamment souple et performant. Dans les villes, elles peuvent tout à la fois représenter des individus, des groupes, la communauté urbaine dans son ensemble ou encore le seigneur qui la domine. Ces signes y expriment aussi bien l’unité des habitants – autour des armoiries de la commune et de ses différentes expressions politiques, populi, corps militaire, partis –  que leurs divisions sociales ou politiques – en identifiant les différent partis, les groupes sociaux concurrents ou les stratégies de représentation individuelle.
Les processus de mise en signe de la ville, sa chronologie, ses acteurs, ses pratiques et ses enjeux soulèvent de nombreuses questions.
A partir de quand les signes héraldiques occupent-ils l’espace urbain ? Dans quels lieux – publics, privés, sacrés – se retrouvent les armoiries, lesquelles et sous quelles formes ? Est-il possible d’établir une “topographie héraldique” de la ville médiévale ?
Existe-t-il des restrictions pour l’exposition des armoiries dans l’espace urbain, des règlements de leur usage ? Connait-on l’existence des débats sur leurs mises en scène ? Comment les armoiries étaient-elles conçues par les citadins ? Quelles fonctions, quel pouvoir et quelle signification leurs était attribué?
Enfin, certaines régions d’Europe sont-elles plus que d’autres concernées par cette mise en signe de la ville ? Le patrimoine contemporain, qui donne la part belle aux villes d’Italie, est-il le produit d’un effet de source ou le reflet d’un développement particulier de ce système de signe dans un univers politique précis ?
Il s’agira, pour tenter de répondre à ces multiples questions, d’avoir recours non seulement aux témoignages monumentaux préservés ou connus de l’héraldique médiévale mais aussi de s’appuyer sur les différents discours produits sur ces signes dans les sources écrites telles que les registres de villes/Stadtbücher, les lois somptuaires, les sources comptables, les registres juridiques, les chroniques des villes, etc. Si le regard des spécialistes de l’héraldique est indispensable, cette enquête doit également s’enrichir des connaissances et des questionnements des historiens de la ville médiévale.
En traitant le cas italien dans son contexte européen et en confrontant les analyses et les dossiers des différentes approches des héraldistes, historiens de l’art, spécialistes de l’histoire de la culture visuelle et de l’histoire de la ville, nous souhaiterions ouvrir des nouvelles perspectives au sujet des armories dans la ville et proposer de nouvelles pistes pour la recherche à venir.

 

Programme de la rencontre

 

Résumés, riassunti, abstracts of the individual papers will successively be published on the research blog Heraldica Nova

p
a
r
t
a
g
e
r